1900, avenue Jules-Verne, Québec G2G 2R2
Coordonnées
1900, avenue Jules-Verne, Québec G2G 2R2
Publications

Redresser ses essuie-glaces : c’est NON !

Publié le 24 janvier 2018

Avec la température que nous avons eu hier, nul besoin de préciser que nous avons dû utiliser notre grattoir à bon escient.  Qu’en est-il des essuie-glaces? Plusieurs automobilistes ont la bonne vieille habitude de redresser les essuie-glaces de leur voiture avant un épisode important de verglas ou de neige. Est-ce qu’il est recommandé de le faire? Absolument pas.

À force de mettre en pratique cette habitude, vous risquez de réduire leur efficacité ou de causer des dommages. Lorsqu’ils sont redressés, vous créez une tension sur les ressorts des bras de vos essuie-glaces. De ce geste, la pression qui permet aux essuie-glaces de coller à votre pare-brise pourrait faiblir ce qui enlève tranquillement leur efficacité. Imaginez si vos essuie-glaces étaient redressés et qu’il y avait un coup de vent? En retombant, ces derniers pourraient fissurer votre pare-brise. Voici quelques trucs pour vous aider à faire disparaître la glace sur votre véhicule et ce, sans l’endommager.

Le fameux grattoir

Rien n’est plus efficace que votre grattoir pour vous débarrasser de la glace sur votre véhicule. Utilisez le revers du grattoir pour bien briser la couche de glace, et continuez ensuite le travail avec le côté plat.

Chauffer votre véhicule

Vous vous réveillez un beau matin et vous remarquez une épaisse couche de glace sur votre véhicule? Une bonne façon de remédier à la situation est de faire tourner votre voiture au point mort afin de vous donner une chance d’enlever la glace plus facilement. Nous sommes conscients des enjeux environnementaux quant à laisser tourner votre véhicule. Toutefois, pensez à votre sécurité et dites-vous que ce n’est qu’un petit coup de pouce pour vous!

D’ailleurs, l’utilisation d’un chauffe-moteur permet d’accélérer le chauffage de l’habitacle de votre véhicule et réduit également la consommation de carburant lorsque vous démarrez lors des températures extrêmement froides.

Pour les propriétaires de véhicules branchables, vous pouvez être en mesure de programmer le démarrage du chauffage. Aussi, nous vous recommandons de laisser votre voiture branché pendant l’activation du chauffage.

Une voiture intacte

À tout prix, il faut éviter de frapper ou grafigner la carrosserie d’une voiture. Que ce soit avec une clé, un balai à neige ou même ses mains, en frappant vous risquez de bosseler votre véhicule. Prioritairement, contentez-vous de déglacer les fenêtres, le toit et le capot. Pour ce qui est du reste de la carrosserie, enlevez le maximum que vous pouvez tout simplement.

Portière glacée

Si vous avez de la difficulté à ouvrir votre portière, donnez quelques petits coups sur la jonction avec la paume de votre main. Soyez vigilants avec vos portes et vos poignées. Si la porte s’ouvre péniblement, faites attention pour ne pas arracher les caoutchoucs. Quant à votre poignée, il se pourrait qu’elle vous reste dans la main si vous vous abusez de votre force!

Sur la route : prudence

Avec les épisodes de verglas et les tempêtes, rappelez-vous de toujours garder une bonne distance entre les véhicules. En tout temps, conduisez prudemment et réduisez votre vitesse. Les apparences sont parfois trompeuses. Les ponts et les viaducs gèlent plus rapidement que le sol. En hiver, une chaussée qui paraît sèche peut être tout le contraire et finalement s’avérée être glissante.

 

SourceVerglas : redresser ses essuie-glaces n’est pas une bonne idée, CAA-Québec